FR DE EN

Théâtre du Centaure

 


Le Théâtre du Centaure est un théâtre privé, fondé en 1973 à l’initiative de Philippe Noesen après son passage à la Comédie Française. Il fonctionne sans interruption depuis cette date et a créé à ce jour plus de 160 pièces de théâtre. Depuis 1985 il dispose d’une salle de spectacle de 50 fauteuils, aménagée dans une belle cave voûtée au centre historique de Luxembourg ("am Dierfgen ", au no 4 Grand’rue).

La programmation favorise le théâtre contemporain tout en présentant de nouvelles créations des pièces classiques. Bien représentatif de la vie théâtrale de notre petit pays où la création est véritablement « européenne », il produit chaque saison quatre à cinq créations dans les trois langues pratiquées au Luxembourg, le français, l’allemand et le luxembourgeois, et fait souvent appel à des équipes artistiques de plusieurs nationalités.

Depuis sa fondation le Théâtre du Centaure a toujours eu une place privilégiée dans la vie culturelle du Luxembourg. Il a été à l’origine de l’art des petites scènes dans le pays. Créant une proximité avec le spectateur, l’intimité de cette petite salle ajoute à chaque représentation une plus-value relationnelle avec les acteurs.

Le Théâtre du Centaure travaille régulièrement en coproduction avec les centres culturels régionaux (comme p.ex. le Kulturhaus Niederanven, le centre culturel « opderschmelz » à Dudelange, le Cube521 de Marnach ou la Kulturfabrik à Esch-sur-Alzette), ainsi qu’avec les théâtres publics du pays : les Théâtres des Villes de Luxembourg et d’Esch-sur-Alzette et avec le Théâtre National du Luxembourg, ce qui lui permet de jouer sur des scènes plus vastes. Les productions du Théâtre du Centaure sont souvent présentées en tournée en France, en Belgique, au Festival Avignon Off ; comme entre autres L’Annonce faite à Marie de Paul Claudel, Oleanna de David Mamet, Ménage de Peter Nadas, Trahisons de Harold Pinter, Les Monologues du Vagin de Eve Ensler, La nuit juste avant les forêts de Koltès et Electre de Sophocle.

 

Source: plurio.net